mardi 3 novembre 2015

Toussaint, Samhain, Halloween :

Entre fêtes païennes et rituel chrétien.

Le mois d'octobre s'achève, marqué pour les chrétiens par la fête de la Toussaint pendant laquelle on rend hommage à nos morts. En Irlande et en Bretagne, un autre rite bien plus ancien subsiste :

la Samhain


D'où vient ­il et quelle est sa signification ?

De l'Irlande aux féralias romaines

La Samhain nous vient de l'Irlande et était fêté bien avant la christianisation. Il est intéressant de
constater que les romains eux même fêtaient les morts (les féralias) et fleurissaient leurs tombe le
31 octobre.
« On les jonchait de fleurs et de couronnes ; on y joignait des épis, quelques grains de sel, du pain
trempé dans du vin pur. Le reste de la journée s’écoulait en prières et en commémorations. »


La Toussaint que nous commémorons aujourd’hui est très proche de ces féralias romaines.
A mesure que le christianisme triompha, les temples des idoles furent détruits en Orient, et en
Occident fermés seulement ou convertis en temples chrétiens.
C'est Grégoire IV qui, venu en France en 837, sous le règne de Louis le Débonnaire, inscrivit la
Toussaint au calendrier liturgique universel. 
Fêtée le 1er novembre, elle se combinait ainsi avec l’antique Samhain, fête païenne se déroulant la nuit du 31 octobre au 1er novembre qui prit dès lors le nom de all hallow’s eve signifiant veille de la Toussaint.

C’est ainsi qu’au cours du Moyen Age, la tradition du Samain s’effaça peu à peu en France au
profit de la Toussaint et du Jour des morts, pour disparaître complètement et ne demeurer qu’en
Irlande.

Solstice et passage

Si la Samhain, fêtée le 31 octobre coïncide avec le solstice d'hiver, ce n'est pas un hasard. En effet,
les celtes célébraient la fin d'une année et l'entrée dans la saison sombre. La traduction littérale de
Samhain serait « fin de l'été ».
Il s'agit donc bien d'un passage qui marque le déclin de la lumière, la chute des feuilles et la mise en sommeil de la terre.

Une tradition encore vivace en Bretagne et en Lorraine

Une historienne mentionne une croyance bretonne qui aurait duré jusqu'au début du XXe siècle,
où les âmes des morts revenaient la nuit à la veille de la Toussaint et lors des nuits de solstice.
Avant d'aller se coucher, on leur laissait de la nourriture sur la table et une bûche allumée dans la
cheminée pour qu'ils puissent se chauffer.
Cette croyance, qui n'est pas chrétienne, serait une survivance de la fête de Samhain, tout comme la fête de Halloween.
La Samhain était encore fêtée en Lorraine avant la Seconde Guerre mondiale ; la citrouille creusée
dans laquelle était posée une bougie allumée pour faire peur aux enfants était un des ornements de
la fête.

Une parenthèse dans le temps

Il semble que cette période ait été célébrée comme une parenthèse dans le temps. La fête de la
Samhain durait presque une semaine pendant laquelle le monde des vivants et celui des morts
devenaient plus proches.
De nos jours, ce rituel est l'occasion de faire le point sur l'année écoulée et, pourquoi pas, de partir sur de nouvelles bonnes résolutions.